Les méthodes de production de votre pomiculteur

Découvrez ici les méthodes de production de votre pomiculteur dans la Somme. Le Verger du Colombier, producteur de pommes et poires, cultive ses fruits en agriculture raisonnée, dans une démarche éco-responsable, gage de la qualité des fruits produits au verger.

Nous sommes en agriculture raisonnée et travaillons avec la nature et la faune auxiliaire. C’est-à-dire que nous privilégions la présence des coccinelles, mésanges, abeilles et autres petites bêtes, qui nous aident à protéger notre récolte à Suzanne, près d’Amiens, dans la Somme.

Nous affichons chaque année nos résultats d’analyse, réalisés par un organisme extérieur et indépendant, dans notre magasin de vente directe de pommes. Nous vous garantissons des fruits sains et bien dans leur peau !


L’agriculture raisonnée, c’est quoi ?

"L'agriculture raisonnée correspond à des démarches globales de gestion de l'exploitation qui visent, au-delà du respect de la réglementation, à renforcer les impacts positifs des pratiques agricoles sur l'environnement et à en réduire les effets négatifs, sans remettre en cause la rentabilité économique des exploitations."

Depuis le 10 mai 2001, l’agriculture raisonnée bénéficie d’un cadre légal clair précisé dans l’article L.640 3 du Code Rural. Le Décret n° 2002-631, paru au Journal officiel du 28 Avril 2002, définit l’agriculture raisonnée comme suit : « Les modes de production raisonnée en agriculture consistent en la mise en œuvre, par l’exploitant agricole sur l’ensemble de l’exploitation dans une approche globale de celle-ci, de moyens techniques et de pratiques agricoles conformes aux exigences du référentiel de l’agriculture raisonnée.

Le référentiel porte sur le respect de l’environnement, la maîtrise des risques sanitaires, la santé, la sécurité au travail et le bien-être des animaux ». C’est ce type d’agriculture que nous avons choisi de privilégier pour notre activité de pomiculteur.

Pour compléter cette démarche d’engagement dans une agriculture raisonnée, nous avons fait le choix de travailler en circuit court. Nous vous proposons une gamme de jus de fruits artisanal en vente directe de producteurs.

La démarche du verger éco-responsable

Notre démarche de pomiculteur éco-responsable repose sur 4 principes. D’abord, observer et comprendre la vie du verger. Ensuite, agir avec mesure pour respecter les équilibres naturels. Les arboriculteurs ont ainsi recours à diverses méthodes dont la philosophie est de faire de la nature leur alliée. En voici quelques exemples.

L’expérience

Les bonnes pratiques arboricoles initiées par la Charte Qualité répondent à un souci permanent de développement durable des pomiculteurs engagés. Cette Charte évolue au gré des progrès techniques et des attentes sociétales depuis 1997.

La raison

En s’engageant dans la Charte Qualité, les pomiculteurs de France respectent les principes d’une agriculture durable, compatible avec les attentes des consommateurs et le respect de l’environnement. Ceux-ci doivent suivre un cahier des charges strict, stipulant les bonnes pratiques de production en vergers.

La vigilance

Ces exigences conduisent à une vigilance de tous les jours pour suivre l’évolution de leurs parcelles. Elles imposent notamment d’intervenir à bon escient et seulement si nécessaire, dans le but de limiter l’utilisation des intrants (produits de protection des plantes, engrais, irrigation, etc.) et en priorisant les solutions de bio-contrôle.

Le contrôle

L’application de ces bonnes pratiques est contrôlée chaque année par un organisme externe et indépendant. La Charte Qualité des Pomiculteurs de France a de plus obtenu en février 2013 une équivalence avec la certification environnementale de niveau 2.

Les techniques de bio-contrôle

Voici quelques exemples concrets de techniques de bio-contrôle, largement répandues dans les vergers éco-responsables.

Lutter contre les araignées rouges

L'introduction d'insectes utiles au verger, appelés "auxiliaires", permet de limiter les interventions. Ainsi pour lutter contre les araignées rouges, des acariens prédateurs de cette araignée, appelés typhlodromes, sont introduits dans le verger. Aujourd'hui, bon nombre de vergers ne traitent plus du tout leurs arbres contre cette araignée.

Favoriser la présence des auxiliaires utiles

La présence des insectes utiles est fondamentale au verger. Dans de nombreux vergers, on trouve des espaces de jachère fleurie pour favoriser la présence des insectes butineurs, des nichoirs à mésanges qui viendront se nourrir de ravageurs, des repose-rapaces, des maisons à insectes ou encore des nichoirs à chauve-souris. Ces méthodes naturelles sont aujourd'hui largement mises en place dans les vergers.

Les techniques de l’agriculture raisonnée

La plantation : avant la plantation, les variétés de pommes sélectionnées sont greffées sur des porte-greffes parfaitement adaptés aux conditions climatiques et culturales locales. Après plantation, l'arboriculteur doit attendre 4 à 5 ans pour que le verger entre en production. Toutes ces étapes sont nécessaires avant de parvenir à la vente directe de pommes et poires.

Le froid hivernal : le pommier doit subir une période de froid hivernal pour stimuler sa fructification, mais il craint les gelées printanières qui détruisent les fleurs ou "brûlent" les fruits en formation. En hiver, les pommiers sont taillés pour sélectionner les rameaux porteurs de fruits.

La lutte intégrée : des méthodes de lutte intégrée permettent de combattre les attaques des ravageurs ou des maladies. L'arboriculteur utilise des pièges à insectes qui le renseignent sur la densité des insectes ravageurs et permettent d'apprécier la nécessité d'un soin. Il travaille avec l'aide d'auxiliaires de culture, insectes mangeurs de ravageurs comme par exemple la coccinelle, qui mange les pucerons ou encore le typhlodrome, qui se nourrit des araignées rouges.

Le printemps : au printemps, l’arboriculteur surveille la floraison. Ce sont les abeilles qui pollinisent les fleurs pour favoriser la fructification. A ce stade, le producteur de pommes et de poires va effectuer un premier éclaircissage pour optimiser la quantité de fruits par branche. A la formation des fruits, nous procédons à un éclaircissage qualitatif : faire tomber certains fruits (petits et mal formés) pour favoriser la croissance homogène des autres.

La récolte : selon leur degré de maturité (on détermine leur teneur en amidon), les pommes sont cueillies à la main et à maturité "de consommation" pour une consommation immédiate, ou à maturité "de cueillette" pour un stockage et une consommation ultérieurs. Le fruit est alors détaché de la branche avec son pédoncule, sans le tirer. Il est manipulé avec précaution et déposé dans des pallox.

Pour plus de renseignements, contactez votre producteur de pommes.

Top